Un nouvel ère commence..en 2020!

Ça y est, on y est! 2020, est ce que ça sera une année nouvelle? Les décisions resteront dans le placard où elles seront enfin validées ? Ça, on ne le saura pas. Mais ce qui est sûr, c’est que la prise de conscience sous toutes ses formes. Qu’il est temps d’observer, au lieu de juger. A chacun sa place, à chacun sa manière de faire et de faire valoir les choses. C’est écrit, c’est peint, c’est déterminer ce qui est masqué, c’est pouvoir abattre les barrières…Jahkadî et Miss-Teekadî sont fiers de vous montrer de l’inédit….à suivre😉

FREE UP

Jahkadîvibs

C’est avec ce que l’on est, et grâce à notre vécu que l’on s’inspire. Voilà, ce que je peux ressentir en regardant les multiples créations de mon cher bro Jahkadî. Savoir exactement 🧐 ce qui pourrait éventuellement intéressé, creuser au plus profond de soi pour en sortir quelque chose d’intense, sans oublier le fait de se lier à sa propre conscience pour en décortiquer ses idées, ne pas nuire à sa personnalité mais plutôt la mettre en avant, pour aller de l’avant. Tout ce qui compte pour lui, c’est l’enrichissement du partage et de l’échange. Et tous ses points de penser 💭, se retrouve intensément dans son art. Que ce soit dans ses textes, dans ses punchlin’,ses Graff, ses dessins,…c’est tout ce qui le fait vibrer, enfaite. Petite confidence à vous faire…vous découvrirez prochainement ses œuvres, son partage inconditionnel sur notre site. Et comme la plupart des gars du tiéquar, on fonce dans l’tas..que ça plaise ou pas. C’est un artiste, c’est clair pour ma part et pour ceux qui ont l’œil et une curiosité décalée…vous verrez bien. Car c’est en partant de rien, qu’on devient déter. Jahkadîvibs, un rudeboy pas comme les autres …..à suivre

FREE UP

La nature est d’art, comme l’art est nature

Titillez votre imagination, à travers votre regard. Que voyez-vous? Qu’ imaginez-vous au travers de cette image ? Laissez-vous submerger par la beauté de cette photo…qui pourrait vous inspirer. Dites nous, ce qui en resplendis. Laissez-vous tenté, en entrant dans une nouvelle ère, que voici 😸

Parfois, un regard suffit bien plus que des mots… Jahkadî Miss-Teekadî

Changements d’ambiance

Sur un fond de zik bien Old school, aux sonorités hip hop….on vous embarque dans une autre époque…dans un autre univers…certes, c’est presque plus le même aujourd’hui mais il revit toujours. Quoi qu’il se passe, quoi qu’il arrive y a toujours en nous cette vibration de génération qui ne s’oublie pas. En fin de compte….laissez vous guider, par cette générosité qui éveille en court de route, cette envie en vous de revenir à la base des choses. Tic…tac….tac…tic…..le temps, et les années défilent mais ce qui reste encré…reste toujours! Ensuite, on continue cette traversée de l’époque, où l’insouciance régnait en faisant des battles au coin de rues. Vous vous en rappelez ?!…projetez vous quelques images en tête, des quartiers pleins de vie, des box posées à l’épaule qui crachaient du son, des bandes de potes en survêt’, des dégaines à ne plus savoir où donner de la tête…et le plus important, la simplicité du naturel. On avait peu, et pourtant on avait beaucoup bien plus valorisant ,que ce que nous avons aujourd’hui. Du pep’s y en avait bien moins robotisé que maintenant. La culture n’était pas érronnée, pour qui voulait y croire. Frontières ou non, on était tous sur un pied d’égalité, sans que ça soit déséquilibré, pour telles et telles raisons. Pendant que les cons rayaient leurs dents 🦷 sur le plancher, bah nous autres on l’usaient de pas, de sueurs de nos corps dansants à point d’heure. On l’exprimait sur ce plancher, pour nous libérer d’un tas de trucs. Ça y est…vous y êtes ?…on continue alors, à la loyale toujours aussi, on se donnait intelligemment en spectacle. Sans cet aspect compétiteur ou être constamment à la quête de « la première tête « . Pfff loin de là, juste cette sensation où, tout d’un coup tout s’arrête pour vivre la magie d’être passionné. De n’avoir rien à prouver à quiconque, pour se sentir libre. C’est ça libre, oui….toute cette adrénaline spontanée et vécue, qui ne nous a jamais lâché. Ces rencontres que l’on fait ou que l’on croise, ces métissages de classes sociales moyennes pointées souvent du doigt, mais bien plus solidaires qu’autrui..ces rythmes qui deviennent déclencheur de fantaisies qui émoustillent l’esprit, l’âme et le corps qui s’emmêlent fabuleusement. Tout comme l’art de rue, le corps s’exprime grâce à tout ce qui l’entoure et le fait vivre intelligemment. Tout a commencé d’en bas, et finit par monter plus haut. Y a du level mais…à vous d’en juger ! Et pour finir, une note 📝 que beaucoup d’ancien reconnaîtront …je mets la K7 dans le magnéto, je rembobine pour passer…et repasser la séquence que je kiffe tant…une manière de dire que, si il existait un façon de pouvoir revenir en arrière. Beaucoup le ferait …🤜🏿🤛🏼

Jahkadi Miss-Teekadi 🕊 FREE UP



Jahkadi Miss-Teekadî Free Up

La street, cette héroïne 🦸‍♀️

C’est en nos quartiers , qu’elle rayonne le plus souvent..et vous savez pourquoi? Car c’est là où tout à commencer, où tout s’est enchaîné. En partant de rien, tout en venant de loin, on sait exactement d’où l’on vient. Elle nous le rappelle chaque jours, non parce que la haine la terrasse de pleins fouets. Non, juste parce qu’elle regorge de vécus , d’expériences de vie et de morales. L’air de rien pour certains qui n’y sont pas nés, ou qui n’y ont jamais mis les pieds, nos dires pourraient semblé presque « prétentieux ». Mais ceux qui nous lisent, diront ou penseront que nous sommes tout autant audacieux, que la plupart des gars de banlieue 🏘. Ce qui nous différencie de la haute société et de ses engagements peu entreprenants, c’est qu’au sein des cités, personne n’est mis de côté pour X raisons. La solidarité, l’unité, la créativité, la sociabilité …tous ces critères là rassemblent les gars et les meufs. Pour ainsi dire, avec le temps, nos frères et nos sœurs. Car en eux, on trouve une lueur d’espoir de pouvoir se donner la chance de croire encore. De croire en cette street qui nous permet, avec le recul en y réfléchissant, de mûrir, de réfléchir et surtout d’évoluer. Elle nous fait percevoir, ce que d’autres essaient de péjorative-ment peu concevoir. Eux ne voient que de la noirceur, dans nos bas-quartiers alors qu’en faite, il y a bien plus de stupeur que nulle part ailleurs. Nul 👎 besoin de se vanter, ou de crier 😱 une quelconque fierté. Juste le fait de se sentir libre, d’opter pour avoir le choix , d’être ce que l’on est, de donner au lieu de prouver, de ressentir autant en se sentant vivre tant qu’on est encore debout…c’est ça qui crée le charisme de la street. Ok , on y galère parfois. Ok, on en traverse des épreuves mais…en elle et grâce à elle, naît des pépites créatives et évoluées. Elles donnent du sens , en puissant en leur essence intérieure comme un moteur de bagnole. Elles innovent, tout simplement leurs œuvres et brillent à travers elles. La street, c’est une manière de pouvoir s’exprimer librement sans exagération, ou aberration. L’argot est un langage, l’attitude « à la one again «  est quelque part un « foutage de gueule » pleinement assumé et pour dénoncer, la simplicité de représenter…

JAHKADÎ & MISS-TEEKADÎ

Du coeur à l’art

Le regard profond, mais sincère. Une créativité débordante les submerge et les unit. Puisque leur art est tout aussi atypique et sensationnel, orné d’émotions diverses. Grâce à leurs talents, ils se sont liés d’une sincère complicité émouvante. Un lien aussi fort que la mère et le fils ont su faire grandir, à travers leurs intérêts artistiques. Le fils prénommé Morgann Furon dit Empaz a mis toute son énergie fantastique et créative, au cœur de tout ce qu’il créait. En passant par l’écriture, la peinture, le rap-slam, le graff et le tag. C’est sûr, l’art street n’avait aucuns secrets pour lui. Avant tout d’être un artiste brillant ✨ dans l’ombre, c’était un humain à part, entier, sincère et aussi un ami. Son imagination était unique, puisqu’elle était diversifiée et enrichissante. Comme vous pouvez l’apercevoir, nous avons tenu à lui faire un clin d’œil hommage. Car trop tôt disparu (10 novembre 2019), il a laissé sa trace d’artiste que vous pouvez découvrir prochainement sur notre site. Vous allez être épaté ! Ensuite, sa brillante mère qui est une amie, Ariane Furon une âme artiste et passionnée. Dès qu’elle s’initie à son monde apaisant et intense, elle peigne la sérénité avec une sublimité incomparable. D’esprit spirituel, comme Morgann, elle illustre parfaitement sa vision sereine en son art 🖼 mandala. Elle transmet à travers lui, son rayonnement intérieur et sa force naturelle. On peut être subjuguer, voire même époustoufler par ses œuvres atypiques. Une guerrière de lumières 💡, tout comme son ange 👼 d’étoiles. Vous découvrirez aussi prochainement, quelques unes de ses magiques œuvres sur notre site. Pour finir en beauté, ils ont oeuvré avec le coeur et le lien du sang. Et ce n’est pas parce qu’on est dans l’ombre, que l’on ne peut être artistes…bien au contraire, ce n’est pas parce qu’on est en haut de l’affiche , que cela prouve quoi que ce soit. Mais c’est en étant discret, en laissant parler ces œuvres qui parleront pour nous-mêmes. Merci à eux deux, nos chers amis, pour leur amitié et confiance. Respect ✊🏽 ! A suivre…

JAHKADÎ & MISS-TEEKADÎ FREE UP

Génération Old School

C’est loin d’être une mode, ou un statut que l’on s’impose comme ça. Soit on en fait parti ou pas, mais ce qui renforce cette attitude Old school est avant tout, grâce au vécu. Ce n’est pas l’image qu’on perçoit de l’extérieur, mais ce qui la construit c’est ce qui s’y cache à l’intérieur. On passe le cap de génération en génération, qui ne se ressemblent pas véritablement. Puisque chacune d’elles ont leur histoire, leurs arrivées et leurs départs grâce à leurs encrages, leurs repérages respectifs. Tout part du fait, d’être vraiment impliquer en sa manière d’être passionné, déterminé à vouloir et à pouvoir puis être surtout..sans excès de paraître ! Car le temps de la dérision n’existait pas, ou bien peu. L’authentique, à cette époque, était plus nature, plus juste et moins superficielle. L’originalité dépassait la débilité et l’efficacité « buissness ». Ni contrat, ni l’oseille étaient des facteurs destructeurs qui nuiraient aux déterminations de rue. Des gens qui y vivent, qui s’y sentent vibrer et qui enrichissent leurs savoirs, à travers elle. La confiance l’habille également grâce à cette unité incomparable, à celle qu’est montrée aujourd’hui. Nul esprit de compétition, pas de thèmes spécifiques pour avoir le courage de se lancer. Comme certains les appellent amèrement, les trimards…alors qu’à la base, ce que ces gens-là oublient, c’est que la génération d’avant a pour but de défier la vie! D’enrichir la leur à travers ce qu’ils croient, qu’importe les conséquences mais leurs croyances dépassent totalement les préjugés! A savoir, la morale de rue est moins carrée que les règlements pertinents qui interdisent. Et ce, sans laisser de chance. Tandis qu’aujourd’hui, le buzz fait un tabac et ce, pour des balivernes totalement inintéressantes. Le succès se gagne facilement, et souvent envers des artistes qui en valent peu la peine. L’intérêt se projette vite envers des choses qui deviendront éphémères. Alors qu’à l’époque, tout était question de partages de passions, de simples battles à la loyale, de la zik engagée sans artifices, de jeunes qui savaient se valoriser à travers leurs capacités, qu’internet n’avait pas autant d’impact qu’aujourd’hui. Ce qui permettait d’entretenir une certaine solidité d’humanisme, qui celle-ci est totalement dénaturée dorénavant. La génération Old school existe toujours, il n’y a qu’à voir ou percevoir. Nous les anciens qu’on soit vénéré ou pas, c’est pas ce qui nous importe. C’est surtout que notre ancienne génération ne s’essoufflera jamais, car elle évolue avec son temps. Elle évolue avec ses caractéristiques si artistiques, elle avance tandis que la génération d’après se précipite. Tout ce que la génération d’après s’approprie, c’est grâce à la génération d’avant. Car c’est de là que tout est né: l’art street, les battles, la musique 🎧 underground , la force de l’unité, la persévérance en tout ce qui peut se transformer en art quelconque mais enrichissant, l’humanité aux travers de cultures liées….faut juste se dire que, le respect manque pour cause, d’un trop pleins de superflus et de manques d’évolution saturés par la médiatisation. Quelle dérision….les cons cessez de ponter du doigt, « la racaille » comme vous dites. Car elle est bien plus bosseuse, que la plupart d’entre vous. Ce qui vous enrage, c’est que la plupart sont des têtes et ça, vous irrite les entêtés! C’est ceux qui viennent d’en bas, qui en ont à revendre sans passer par autrui…et sans que leur âme soit salie par l’argent. Retenez bien cela

FREE UP JAHKADÎ & MISS-TEEKADÎ
Jahkadi Miss-Teekadî Free Up

Tags life

Beaucoup pensent savoir, beaucoup pensent avoir du savoir. Mais la plupart d’entre eux sont ignorants et aberrants. Savez vous pourquoi? Puisque l’inédit, tout ce qui sort de l’ordinaire, tout ce qui prend un nouvel ère cela fait peur 😨 ! Alors que nenni, de parts et d’autres si on réfléchit bien tout peut se lier, s’échanger et faire grandir. Enrichir notre culture respective, qui deviendrait collective puisque tout est question d’actes et de signatures. Rien qu’à voir l’impact que peuvent avoir certains traits livrés sous nos yeux 👀, qui marquent nos territoires du quotidien en passant dans les quartiers. Là où y a de la vie, il y a de la culture. Là où la culture règne, il y a du partage et de l’échange souligné par une innombrable assemblée d’unité. L’unité…une force ressenti qui soude, tout ce qu’eux veulent censuré 🤬. La censure ne nous aura pas à l’usure, puisque tout ce que touche l’art street se transforme en une réalité, qui se propage en vérités au travers le monde. Qui perce l’ignorance, pour faire place à la conscience. Les blazes que vous voyez, ou ignorez pour la plupart n’est pas juste la signature de l’artiste. Mais c’est une marque, un moyen d’honorer sa vision, de marquer son territoire à travers son art. Rien avoir avec l’aspect concurrence, car chacun avance avec sa dépendance. Un simple tag gêne la normalité qu’eux veulent conserver, tout comme les Graff aussi. Et bien plus encore, le temps du moyen-âge a été balayer 🧹…il est temps que l’art street arrête de se fa ire dégommer, par autant de préjugés par ces gens qui n’ont rien vu et ne veulent pas voir. Car ils ont des œillets! A bas les préjugés, vive l’évolution de cet art qui se manifeste fièrement. Même si ça dérange, nos frères et nos sœurs bataillent grâce à leurs échanges. Ils savent tombé le masque, et mettre à la vue de tous l’état brut de ce monde 🌍